Roland Narboux - Bourges Encyclopédie

L'ENCYCLOPEDIE DE BOURGES
ECONOMIE
URBANISME
PATRIMOINE
CULTURE
POLITIQUE
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE

BOURGES INSOLITE
Par Roland NARBOUX

Bourges et quelques lieux insolites sur la ville de Bourges.

 RETOUR AU SOMMAIRE
 
 
RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
Version 2009

 

 

Bien-Aymé Georges

Curiosité dans l'entrée d'une banque située rue Moyenne, il s'agit d'un blason en pierre blanche de Charly, qui est aux armes de Bien-Aymé Georges, un riche échevin de Bourges au début du XVI ième siècle.

C'est dans l'entrée de la banque, la BNP, au N° 37 de la rue Moyenneque ce magnifique blason est visible, on trouve les armes de la famille avec saint Georges qui terrasse le dragon.

Cette sculpture proviendrait de la maison de Bien-Aymé Georges qui est siruée rue Bourbonnoux, et que l'on peut voir à l'entrée de la promenade des remparts, côté place George Sand.

L'Hercule en marbre blanc de Bourges

Malheureusement, nul ne peut plus le voir, et pourtant il existe, il s'agit d'un Hercule monumental en marbre blanc situé à 4 toises de profondeur et cette sculpture est haute de 6 pieds.

Cela figure dans 2 opuscules de Cathérinot, "les Antiquités romaines du Berry" d'une part et "Bourges souterrain" d'autre part :

Monsieur de Chouy, chanoine de Notre-Dame-de-Selles faisait bâtir son hôtel en face de Montermoyen, c'était en 1670, et il trouva à 4 toises (1 toise = 6 pieds = 1,95 mètres d'aujourd'hui ) de profondeur, c'est à dire 8 mètres sous la surface du sol de l'époque, un hercule de marbre blanc long de 6 pieds ( 1 pied = 12 pouces = 32,48 cm ), soit près de 2 mètres de hauteur.

Compte tenu de l'importance de la sculpture, et des frais pour la retirer, M de Chouy décida de la laisser en place.

En 1927 (8 mars), le Journal du Cher redonnant l'information ajoutant "qu'avec les moyens dont on dispose aujourd'hui, il ne serait pas difficile de la sortir de terre".

Jean Baffier évoquera à plusieurs reprises cette sculpture de l'Hercule gaulois, "incarnation de la race, de sa vigueur, de sa puissance, de ses traditions .... c'est mon gars du Berry, mon homme taureau qui le remplacera".

 

La façade de l'Hôtel de Varye change de lieu

C'est au début des années 1930 que la façade de cet Hôtel de Varye, situé à l'angle de la rue Porte Jaune et Coursarlon va faire l'objet de longues discussions afin de savoir ce qu'il faut faire de cette façade magnifique alors que le reste de l'Hôtel était démoli. Il ne restait que que peu de choses de ce lieu alors qu'il était occupé par l'entreprise Tessiot,

En fait, cette façade avait été démolie pierre par pierre en 1899, et le conseil municipal 30 ans plus tard ne savait pas qu'en faire. Tout avait été numéroté et mis dans les réserves du musée du Berry, en attendant de trouve run lieu. Il y avait par ailleurs de magnifiques sculptures datant du Moyen Äge, plus précisément du XV ième siècle.

Dans un premier temps, la reconstruction fut envisagée place Cujas, c'était au cours de la séance du conseil municipal du 8 novembre 1926.

Et c'est dans le cadre de l'extension du musée du Berry, place Planchat que cette façade sera implnatée dans les années suivantes. On peut aujopurd'hui admirer cette façade de l'Hôtel de Varye.

 

 


 

Retrouvez quelques articles de l'Encyclopédie :
Ils sont nés à Bourges,
François Mitterrand à Bourges
Chiffres essentiels
Les Templiers
Les élections à Bourges au XXe siècle
Les Très Riches Heures du duc de Berry
les villes jumelles
Radios locales
Les francs-maçons
Kiosque et musique
Agnès Sorel
L'horloge astronomique
Les tramways de Bourges
L'Yèvre à Bourges
L'alchimie
La Bouinotte, magazine du Berry
L'usine Michelin
La maison de la Reine Blanche
Serge Lepeltier
L'industrie à Bourges au XXIe s
Monuments Historiques Classés
 

Et puis une nouveauté : L'information et l'actualité à savoir sur Bourges, en quelque clip et quelques lignes :

http://www.bourges-info.com/

 

Vous souhaitez enrichir le site de l'Encyclopedie de Bourges ?

 

Retour en page d'accueil